Il y a cinq à sept fois plus de tigres en captivité qu’en liberté

Environ 4 700 tigres sont même hébergés par des particuliers aux États-Unis. La population sauvage a diminué de 97 % au cours du dernier siècle, pour passer d’environ 100 000 à 3 200 tigres. Le WWF souhaite voir doubler ce chiffre à l’horizon 2022 afin d’assurer l’avenir du tigre.

Sint-Stevens-Woluwe - 2 septembre 2014 - Au début du XXe siècle, on estimait à 100 000 le nombre de tigres à l’état sauvage. Aujourd’hui, il en reste à peine 3 200. Ces dernières années, le WWF est parvenu à stabiliser ce déclin, mais d’autres actions s’imposent pour perpétuer l’espèce. Dans le cadre de la « Tigers Alive Initiative », le WWF entend doubler la population à l’horizon 2022. L’objectif : 6 400 tigres. Un chiffre qui tranche avec le nombre de tigres qui vivent en captivité. Ces félins sont, en effet, entre 15 000 et 20 000 à vivre dans des jardins zoologiques, des cirques ou même chez des particuliers. On a en effet rapporté cet été qu’aux États-Unis, quelque 4 700 tigres seraient retenus dans des jardins privés, soit une fois et demi la population à l’état sauvage.

Plus de 15 000 tigres en captivité
Entre 15 000 et 20 000 tigres vivent en captivité dans le monde. Et les jardins zoologiques ne sont pas les seuls à élever des tigres. Il n’est pas rare que le plus grand des félins voyage avec un cirque. Sans parler du nombre impressionnant de tigres détenus par des particuliers. Aux États-Unis, on estime à 5 000 le nombre de tigres en captivité, soit près d’un tiers de la population mondiale. Seuls 6 % des félins résident dans un zoo officiel. Autrement dit, environ 4 700 tigres sont hébergés par des particuliers. La détention et l’élevage de tigres ne sont bien souvent pas légalement régularisés[1] aux États-Unis. Il est donc difficile d’évaluer ce qu’il advient des tigres proprement dits et de leur dépouille sur le marché noir. Le commerce des tigres en captivité alimente la demande, ce qui représente un danger supplémentaire pour la population sauvage.

Où sont passés les tigres sauvages ?
Trois grandes raisons expliquent la diminution dramatique du nombre de tigres en liberté.

  1. Les médicaments : les tigres sont très convoités par les braconniers, qui tirent profit de leur peau, mais aussi des autres parties du corps de l’animal, et ses organes. Ceux-ci sont utilisés dans la médecine asiatique traditionnelle.
  2. Le manque de place : la diminution du nombre de tigres est aussi directement liée à la destruction de leur habitat naturel. Dans les 13 pays où les tigres évoluent toujours [2], seulement 7 % des zones autrefois habitées par les tigres le sont encore effectivement aujourd’hui. En cause ? L’agriculture et la colonisation. Ces zones ont, en outre, été considérablement réduites et morcelées.
  3. Des agriculteurs mécontents : le manque de place pousse les tigres à s’aventurer de plus en plus souvent en zones habitées pour y chercher de la nourriture. Le risque de croiser un homme augmente dès lors, avec toutes les conséquences qui en découlent. Il arrive par exemple que des agriculteurs aspergent de poison le cadavre d’une proie abandonnée pour se protéger ou se venger. Un tigre ne mange en effet jamais entièrement sa proie d’un seul coup : il y revient souvent par la suite.

Tigers Alive Initiative
Outre la lutte contre le marché noir, il est essentiel de préserver le tigre sauvage de l’extinction. Avec la « Tigers Alive Initiative », le WWF entend conjuguer les forces de son réseau pour atteindre l’objectif TX2[3] fixé en 2010. Cette initiative vise à doubler le nombre de tigres à l’état sauvage pour qu’il passe de 3 200 à 6 400 à l’horizon 2022, la prochaine « Année du Tigre » dans le calendrier chinois. Le WWF entend s’atteler aux menaces qui pèsent sur le tigre au travers des actions suivantes :

  • tolérance zéro vis-à-vis du braconnage : promotion d’une gestion ciblée, garantie d’une aide publique, et renforcement de la protection effective et du travail d’appui. À cet égard, le WWF collabore déjà avec les douanes asiatiques et s’emploie à sensibiliser la population locale aux thérapies traditionnelles ;
  • protection de l’habitat : la « Tigers Alive Initiative » souhaite protéger 20 zones cruciales qui serviront de base au doublement prévu et à la sauvegarde du tigre sauvage. Le WWF entend aussi créer des « corridors » qui relieront les zones sélectionnées afin que les tigres disposent de suffisamment d’espace ;
  • médiation dans le conflit entre l’homme et l’animal : le WWF collabore avec la population locale pour apporter des solutions à l’entrée des animaux sauvages, par la force des choses, dans les villages et les champs : meilleure planification territoriale, gestion des réserves naturelles, aménagement de zones tampons, systèmes d’assurances pour indemniser les dommages causés par les animaux, etc.

Damien Vincent, CEO du WWF Belgique :

« La survie du tigre à l’état sauvage est mise à mal et tout ce qui sera mis en œuvre, ou pas, dans les années à venir, sera déterminant. D’où l’importance de diffuser ce message aussi largement que possible, dans l’espoir que les hommes soutiendront les différentes actions menées par le WWF sur le terrain. » 

Whiskas® contribue à diffuser largement ce message. Il s’agit de la première collaboration de la marque avec le WWF en Belgique.

Jurgen Vandervelde, Category Director Petcare de la maison mère Mars Belgique :

« Les Belges aiment les chats : une famille sur trois possède au moins un chat et 55 % de ces familles achètent au moins une fois par an un produit Whiskas®. Chez Mars Belgique et Whiskas®, nous nous sentons impliqués dans la vie et la véritable nature des chats, grands comme petits, et que nous désirons nous joindre aux premiers pays qui soutiennent déjà la ‘Tigers Alive Initiative’ du WWF avec Whiskas®. »

La collaboration internationale entre Mars Inc. et le WWF s'étendra jusqu’en 2016 et visera à récolter un montant total de 4,5 millions d’euros.

 

[1] En fonction de l’État

[2] Russie, Bhoutan, Cambodge, Chine, Inde, Indonésie, Laos, Malaisie, Népal, Thaïlande et Vietnam.

[3] L’objectif TX2 a été fixé et approuvé par les 13 pays où le tigre évolue encore en liberté lors du sommet international du Tigre organisé par le WWF en 2010, à Saint-Pétersbourg.

Boiler-plates-Mars-Belgium--WWF_FR.docx

DOCX - 23 Kb

Dimitri Vleminckx

PR Consultant, Ketchum

Kathy Heungens

Corporate Affairs Director, Mars Belgium

Koen Stuyck

Press coordinator & spokesperson, WWF Belgium

Recevez des mises à jour par e-mail

En cliquant sur « S'abonner », je confirme avoir lu et accepté la Politique de confidentialité.

À propos de Ketchum Brussels

Ketchum is an international PR consulting agency, located in Brussels, with a focus on corporate clients. We offer you communication solutions with a twist: creative and out of the box. If you’re looking for fresh and new ideas to solve topical problems, Ketchum is your perfect match.  

Contact

Rue d'escaut 122 1080 Bruxelles

[email protected]

ketchum.brussels